Formations Inter-entreprisesDomaines 2018Gestion locative et socialeRelations avec les habitantsLE SYNDROME DE DIOGÈNE : SAVOIR INTERVENIR

Code 595

Durée: 2 JOURS

LE SYNDROME DE DIOGÈNE : SAVOIR INTERVENIR

Sortir des impasses.

En plus de leurs missions initiales les bailleurs sociaux sont confrontés à la souffrance psychique de certains locataires qui s’exprime notamment par le syndrome de Diogène et l’incurie dans l’habitat. Les bailleurs sociaux sont dépourvus de moyens pour identifier rapidement les locataires, communiquer durablement et efficacement avec eux, ainsi que pour travailler à la résolution d’une problématique qui occasionne également des perturbations de voisinage. Les professionnels du secteur Hlm, des mairies et autres administrations doivent être formés à l’identification rapide de ce syndrome, afin de pouvoir agir tout en préservant un lien avec le locataire et en communiquant avec lui de manière adaptée.

Conseiller social. Personnel technique. Responsable d’agence. Responsable de proximité. Agent des collectivités locales.

› démystifier le syndrome de Diogène et mieux comprendre les pathologies sous-jacentes

› repérer les caractéristiques du trouble (origine, manifestations, particularités)

› communiquer avec le locataire et les tiers dans la gestion de la situation

› mobiliser les partenaires autour de la situation.

Le syndrome de Diogène

› définition, caractéristiques et critères : une problématique à l’intersection de l’habitat, de la santé et du social

› les signaux d’alerte : distinguer le syndrome de Diogène de l’incurie

› causes, variabilité, particularités de l’habitat et de l’habitant

› fiche pratique de repérage et d’identification du syndrome

Le cadre d’intervention du bailleur social

› prise en charge, libertés fondamentales, légitimité de l’intervention

› la posture et la place du collaborateur

› fiche pratique d’alerte au procureur

Les différentes personnalités psychiques et le syndrome

› identification simple des principales structures cliniques à l’œuvre : névroses et psychoses

› quoi dire et comment le dire au locataire selon sa personnalité ?

› comment prendre en charge et assurer un suivi efficace ?

Les modalités de la prise en charge en interne et en externe

› coordination des différents services au sein de l’organisme (convention pluripartite)

› mobilisation des partenaires : mairie, département, services de santé…

› limites de la prise en charge : entre pathologie, choix de vie et mise en danger de soi ou d’autrui.

Alternance d’apports théoriques, cliniques et pratiques à partir d’outils opérationnels, d’études de cas apportés par les stagiaires.

Séquences d’analyse de pratiques.

PRÉ-REQUIS

Aucun.

Christophe PERROT, Formateur, psychanalyste ou Samuel MERGUI, Formateur,  psychologue-praticien.

PRIX NET : 1330 EUROS - 14 h de formation.

Déjeuners inclus et pris en commun. Ce stage peut être organisé dans votre organisme ou dans votre région.

PROLONGEMENT

Troubles de santé mentale : adapter les réponses et l’accompagnement (594).

Dates 
Du 06/12/2018 au 07/12/2018 PARIS

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS : Véronique MORELON - 01 40 75 79 06. veronique.morelon@afpols.fr

Le syndrome de Diogène

› définition, caractéristiques et critères : une problématique à l’intersection de l’habitat, de la santé et du social

› les signaux d’alerte : distinguer le syndrome de Diogène de l’incurie

› causes, variabilité, particularités de l’habitat et de l’habitant

› fiche pratique de repérage et d’identification du syndrome

Le cadre d’intervention du bailleur social

› prise en charge, libertés fondamentales, légitimité de l’intervention

› la posture et la place du collaborateur

› fiche pratique d’alerte au procureur

Les différentes personnalités psychiques et le syndrome

› identification simple des principales structures cliniques à l’œuvre : névroses et psychoses

› quoi dire et comment le dire au locataire selon sa personnalité ?

› comment prendre en charge et assurer un suivi efficace ?

Les modalités de la prise en charge en interne et en externe

› coordination des différents services au sein de l’organisme (convention pluripartite)

› mobilisation des partenaires : mairie, département, services de santé…

› limites de la prise en charge : entre pathologie, choix de vie et mise en danger de soi ou d’autrui.

Actions sur le document