Formation professionnelle : un vrai marathon

vatant.jpg Consultant, Ex-Directeur d’Habitat-Formation

Formation professionnelle : un vrai marathon

Le marathon comptant 42 kilomètres, et 42 textes d’application de la loi Pénicaud (partie formation professionnelle) ayant été publiés à la date du 7 janvier, on peut parler de marathon réglementaire. C’est ainsi la quasi-totalité des décrets et arrêtés annoncés qui sont aujourd’hui gravés dans le marbre du Journal officiel.

Reconnaissons-le : les délais ont été tenus par l’administration du ministère du travail, où tout le monde n’a sans doute pas été à la fête pendant les fêtes…

La « révolution copernicienne » chère à la ministre du travail est donc si l’on peut dire en marche. Est-elle pour autant en état de marche ? C’est la pratique dans les entreprises qui le dira au fil du temps, en apportant des réponses de terrain à ces quelques questions simples :

  • La conversion des heures du compte personnel de formation en euros dopera-t-elle vraiment son utilisation par les salariés ?
  • Le dispositif « reconversion ou promotion par alternance » sera-t-il vraiment plus performant que la « période de professionnalisation » à laquelle il se substitue ?
  • L’accent porté sur la formation à distance ou en situation de travail sera-t-elle vraiment de nature à amplifier le développement de ces modalités de formation ?
  • La création de l’établissement public national « France compétences » favorisera-t-elle vraiment la lisibilité du système, la régulation des flux financiers et la qualité des formations ?
  • La substitution de 11 opérateurs de compétences aux 20 OPCA existants sera-t-elle vraiment de nature à offrir de meilleurs services aux entreprises et à leurs salariés ?
  • La libéralisation de l’offre de formation en apprentissage hors de toute régulation publique et les assouplissements apportés aux conditions d’exécution du contrat d’apprentissage feront-elles vraiment progresser le nombre de jeunes formés dans ce cadre ?

Logiquement, les promoteurs de la réforme répondent positivement à ces questions. Mais de même que c’est au pied du mur qu’on voit le maçon, c’est au cœur des entreprises qu’on voit la pertinence d’une réforme. Et l’on sait que la durée d’appropriation d’une réforme est longue. Beaucoup plus longue que celle d’un marathon.