Inégalités salariales : un machisme persistant

vatant.jpg Daniel VATANT, consultant, Ex-Directeur d’Habitat-Formation

Inégalités salariales : un machisme persistant

Le ministère du travail (DARES) vient de publier un « portrait statistique des principales conventions collectives de branche en 2014 ». Une mine d’informations !

On y apprend que 15,3 millions de salariés sont couverts, hors secteur agricole, par une CCN de branche. On en comptait 712 en 2014, mais on sait que le chantier engagé par le Gouvernement varéduire fortement ce nombre à brève échéance. Pas étonnant lorsque l’on sait que qu’une centaine de ces CCN ne couvrent que 0,2 % de l’ensemble des salariés.

On apprend aussi que le salaire net moyen d’un équivalent temps plein s’élève à 2 240 €. Mais là, bonjour les inégalités hommes / femmes ! En effet, le salaire net mensuel d’une femme travaillant à plein temps est inférieur de 19 % à celui des hommes dans la même situation. Dans huit branches, l’écart monte à 25 % ! Si l’on regarde de plus près en fonction des CSP, l’écart est le plus fort chez les cadres (20 %). C’est chez les employés qu’il est le plus faible (7 %). Pas surprenant car au tarif où sont rémunérés les employés, dans le secteur de la grande distribution par exemple, un écart salarial de 20 % amènerait à payer les femmes sous les minima légaux ou conventionnels…

La loi interdit depuis plus de 30 ans ces pratiques machistes d’un autre âge mais pourtant actuelles.

Que fait la police ?