La loi « Travail » premier motif des grèves en 2016

vatant.jpg Consultant, Ex-Directeur d’Habitat-Formation

La loi « Travail » premier motif des grèves en 2016 

Le ministère du travail (DARES) vient de rendre public le bilan des grèves en 2016 dans le secteur marchand non agricole. Par rapport à 2015, des grèves « plus intenses, un peu plus fréquentes et portées par des mots d’ordre interprofessionnels ».

La proportion des entreprises de 10 salariés et plus déclarant avoir connu une ou plusieurs grèves a progressé de 1,3 % en 2015 à 1,7 % en 2016. Cette proportion varie très sensiblement selon les secteurs d’activité : 4,1 % dans l’industrie, 1,8 % dans le secteur des services, 0,8 % dans le BTP ainsi que dans le commerce. Dans le même temps, le nombre de « journées individuelles non travaillées » (JINT) pour 1 000 salariés est passé de 69 à 131 jours. Cette augmentation survient après cinq années de relative stabilité.

La part des entreprises ayant connu au moins une grève varie fortement en fonction de leur taille : de 0,4 % dans les entreprises de 10 à 49 salariés à 34,4 % dans celles de 500 salariés et plus.

L’année 2016 a été particulièrement marquée par les mouvements sociaux contre la loi du 8 août dite « loi travail », premier motif des grèves cité par 41 % des entreprises alors qu’habituellement, ce sont les rémunérations qui sont la principale raison des arrêts de travail.

Le lien entre occurrence d’une grève et présence de délégués syndicaux reste fort : 81 % des entreprises ayant connu une grève comptent au moins un délégué syndical. A l’inverse, parmi les entreprises n’ayant pas connu de grève, 10 % seulement étaient dotées d’un délégué syndical.