Les DRH veulent que l’investissement formation soit favorisé fiscalement

vatant.jpg Daniel VATANT, consultant, Ex-Directeur d’Habitat-Formation

Les DRH veulent que l’investissement formation soit favorisé fiscalement

Dans le cadre de son étude « Présidentielles 2017 : les DRH prennent la parole ! », l’association nationale des DRH (ANDRH) a mené début 2017 une enquête sur le thème de la formation professionnelle auprès de ses membres. Ses résultats, présentés le 22 février, sont en substance les suivants.

67 % des DRH disent d’abord que l’emploi est le premier sujet dont ils souhaitent voir le futur Gouvernement s’emparer. Seuls 8 % considèrent que la formation professionnelle est prioritaire. Logique puisqu’ils espèrent une vraie pause dans le rythme des réformes qui s’enchaînent régulièrement depuis 2004, tout en appelant de leur vœux (comme tout le monde !) une simplification de la réglementation.

Par ailleurs, interrogés sur les niveaux de décision les plus pertinents en matière de formation professionnelle, seuls 5 % des DRH mentionnent l’Etat, tandis que 41 % citent l’entreprise et 54 % la branche, celle-ci étant plébiscitée (76 %) comme le lieu le plus pertinent pour élaborer les référentiels métiers.

De manière plus inattendue, s’agissant des évolutions du marché de la formation, les DRH expriment majoritairement (55 %) le souhait d’un renforcement du rôle des écoles et universités.

Et enfin ce point le plus consensuel parmi les DRH : 87 % souhaitent que l’investissement formation soit favorisé fiscalement, par exemple au moyen d’un crédit d’impôt. Dans ce cas, ils veulent bien que l’Etat joue un rôle…