Qualité de vie au travail

Renégocier l’accord sur le temps de travail

Négocier pour faire évoluer les dispositifs actuels. Les accords signés depuis les premiers textes sur la réduction du temps de travail doivent être revus car ils ne correspondant plus tout à fait aux enjeux d’organisations repensées. De nouvelles réflexions, liées à une rationalisation des effectifs, sont confrontées à de nouvelles exigences sur la qualité de vie au travail. Il convient de négocier sur cet aspect, certes règlementaire mais largement lié à une obligation de négociation collective afin de mettre en œuvre des dispositifs gagnant-gagnant pour les salariés et l’employeur.

Temps de travail : penser l'articulation vie privée / vie professionnelle

Au cœur des démarches de qualité de vie au travail. Sous-estimée par les acteurs sociaux, la question de la conciliation des temps commence à trouver droit de cité dans les entreprises. Un début d’intérêt gagné sous la pression d’un double facteur : d’une part, l’injonction faite aux entreprises de s’impliquer davantage dans des mesures de soutien à la parentalité et de promotion de l’égalité hommes-femmes, d’autre part, la persistance, voire le développement de phénomènes tels que les risques psychosociaux, l’absentéisme, la baisse de la qualité de service, la dégradation de la cohésion des collectifs, les difficultés de gestion des plannings pour les managers.

Qualité de vie au travail : les spécificités du secteur Hlm

Les points-clefs d’une démarche qualité de vie au travail. Conséquence de la loi du 17 août 2015, qui promeut un dialogue social plus stratégique dans les entreprises, la négociation obligatoire en entreprise se scindera en 3 blocs, le second portant sur l’obligation de négocier chaque année sur l’égalité professionnelle hommes/femmes et la qualité de vie au travail (QVT) (ces deux thématiques étant intimement liées depuis l’ANI du 19 juin 2013). Derrière ces contraintes apparentes se situe en réalité une véritable opportunité RH qui sera au cœur des évolutions sociales des années à venir. Il ne s’agit pas d’un cadre restrictif ; les thèmes de négociation annuelle pourront être enrichis afin de permettre aux entreprises de continuer à expérimenter et à innover.