Parcours blended Gardien.ne d’immeubles de l’Afpols

FORMER MIEUX ET MOINS CHER

Le parcours blended Gardien.ne d’immeubles de l’Afpols

Un jeu vidéo dont vous êtes le héros, destiné aux futur.es gardien.nes d’immeubles.

 

Développé par l’Afpols et ayant mobilisé une équipe de plus 25 personnes, le parcours gardien.ne d’immeubles en blended a été lancé pour la première fois en juin 2020. Ce dispositif de formation hybride alternant formation en présentiel et formation digitale dans le serious game est aujourd’hui un symbole de l’évolution des pratiques de formation.

Témoignage de Thomas DUBOUCHAUD, Limoges Habitat

Limoges habitat a été le premier client du serious game, pourquoi aviez-vous envie d’y croire et qu’en tirez-vous aujourd’hui ?

Nous avons été les premiers à mettre ce COOC en place, mais pour recontextualiser un peu les choses, depuis 2017, Limoges habitat fait appel à l’Afpols pour ses formations certifiantes notamment celle de gardien.ne d’immeubles. En 2020, à la suite du premier confinement les choses ont totalement été bouleversées par la situation telle que nous l’avons connue et nous avons donc voulu croire en ce nouveau système de formation à distance qui, pour nous, est un peu l’avenir de la formation professionnelle. Changer le système de formation classique -où le stagiaire est assis devant un formateur- pour leur proposer de la nouveauté était important, car nous savons que les stagiaires aiment la nouveauté.

Aussi, le métier de gardien.ne d’immeubles est de plus en plus informatisé, il est donc logique que les stagiaires soient confrontés à ce genre de système. Par ailleurs, dans le serious game, les gardiens sont accompagnés dès le début, il y a également un formateur présent tout au long de la formation. Notre premier groupe était composé aussi bien de personnes très à l’aise avec l’outil informatique que d’autres totalement débutantes. Cela ne les a pas rebuté, il a fallu un petit temps d’adaptation mais ils se sont tout de suite immergés dans le jeu.

C’est d’ailleurs ce que les participants en retirent, c’est véritablement l’immersion dans le jeu qui est très proche de la réalité et du terrain auquel ils sont confrontés, des dégradations de bâtiments, de parking. Aujourd’hui être gardien c’est ça, c’est prendre une photo avec son smartphone etc. C’est donc une très bonne chose que ce type de situation soit présentée dans le serious game. Pour nous, cela a été un très bon signe cette formation. Nous n’avions jamais vu les stagiaires aussi satisfaits d’une formation, ils ont vraiment été pleinement contents de ce parcours.

En termes de résultats, êtes-vous satisfait ? Y-a-t-il une différence avec la formation en présentiel en termes de niveau d’apprentissage ?
Il n’y a pas de différence de niveau mais nous avons pu constater un véritable enthousiasme. Les stagiaires étaient autonomes dans la gestion de leur formation, ce qui n’est pas forcément le cas avec la formation en présentiel où il faut souvent les rassurer, leur dire que ceci est bien pour améliorer les conditions de réalisation du travail etc.

Avez-vous craint que ce type de dispositif de formation complètement nouveau ne soit pas adapté au type de public que représentent les gardien.nes ?
Non, justement, le métier de gardien devient de plus en plus informatisé. Tous nos gardiens sont munis d’une tablette et l’outil informatique est totalement présent dans leur quotidien, il est donc naturel qu’ils soient formés à ce genre d’outils, ça fait partie de l’évolution du métier. Il est donc naturel que la formation évolue avec le métier.
Ça a été très bien vu de la part des participants. Dans notre premier groupe nous avions un participant qui était un « gamer » et qui s’est pleinement retrouvé dans ce système de jeu immersif et à côté de lui une personne qui n’était pas du tout à l’aise avec le système informatique : ils se sont entraidés et chacun a pu s’y retrouver.

Finalement, après cette première expérience, avez-vous envie de continuer avec le serious game ?
Aujourd’hui nous réfléchissons déjà pour le prochain groupe que nous lancerons en 2022/2023 et ce système est en bonne voie. La formation classique en présentiel est une formation assez lourde notamment en terme de temps puisque les participants peuvent être en formation deux à trois jours d’affilée. Pour des personnes qui sont sur le terrain, il n’est pas évident de rester assis dans une salle face à un formateur. Avec le serious game et son système de demi-journée de formation, les participants s’y retrouvent beaucoup plus facilement. Bien sûr, le coût intervient également dans la réflexion !

 

Présentation du 30 novembre 2021 lors de l’évènement Centre Inffo

« 50 ans d’engagement pour la formation professionnelle… et demain ? »